Mais qui sont-ils ?


Le groupe est né fin 2011 de l'initiative d'Arnaud Galichet, et porté par l'amitié de 6 jeunes de Nice et de ses vallées, amoureux du chant et de leur pays.

Tout a commencé lors de sessions niçoises, moments d'échange et de partage autour du chant, de la musique et de la danse. 

Chacun y était parvenu en suivant un chemin particulier, le fifre et tambour pour certains, la danse traditionnelle pour d'autres, ou encore parce que la marraine de la cousine de l'une était la voisine d'un des organisateurs des sessions, qui connaissait une amie de...

Bref... Ils s'y sont retrouvés.

 

A partir de là, des liens se sont créés et l'envie d'aller plus loin les a poussés à former un ensemble vocal.

Au début ils étaient 7, mais très vite c'est à 6 que l'aventure a continué pour finalement aboutir à la formation actuelle de Stoufa Gari : C'est donc à 5 maintenant que leurs voix s’entremêlent.

 

 

Stoufa Gari, mais pourquoi ? 

Une année s'écoula avant d'avoir un répertoire leur permettant de se produire en concert. Dès lors, il fallut trouver un nom ... Et autant dire que ce ne fut pas une mince affaire. 

Le premier concert au profit des Restos du Cœur se profilant, c'est sous le pseudonyme de la Luerna (la luciole) qu'ils se présentèrent au public. Toutefois, un autre groupe avait déjà eu la bonne idée de porter ce nom, et zut ! Il fallut donc en changer ! 

La recherche reprit, puis l'étincelle ! Arnaud leur annonçait : "Nous serons les Stoufa Gari"...

Autant dire que cette proposition ne faisait pas l'unanimité, et pour cause, porter un nom qui signifie littéralement "étouffe rat" et qui est utilisé pour dire d'un aliment qu'il est étouffant (littéralement : étouffe chrétien en français) serait-ce vraiment une bonne idée ?

Puis il s'expliqua, outre la connotation péjorative de l'expression, plusieurs aspects semblaient intéressants à exploiter :

D'abord, l'expression populaire qui interpelle les esprits.

Ensuite, le côté chantant des mots qui leur correspondait bien.

Enfin, l’idée de jouer du contraste entre le sens littéral des mots et la profondeur qu'ils peuvent atteindre.

Souvent on leur a demandé "mais pourquoi Stoufa Gari ?!", ce qui est sûr c'est qu'aujourd'hui ils ne pourraient pas s'imaginer porter un autre nom et ont même le sentiment d'avoir donné un sens complètement différent à cette expression même lorsqu'elle est prononcée dans son contexte... Finalement même si c'est "stoufa gari" on en reprendrait bien encore un peu...

Où les voir chanter?

 

Quel endroit plus vibrant qu'un temple, une église, une cathédrale pour mieux porter des voix ? Le lien sacré en ces lieux ne pourra que renforcer l'harmonie des accords pour les rendre Divins... 

 

Ce sextet se produit également en tous types d'occasions, festivals, regroupement de chœurs, concerts particuliers, Estivales...